Cagliostro


Giuseppe Balsamo (Joseph Balsamo), dit Alessandro, comte de Cagliostro fut un aventurier italien (Palerme, 1743 – prison pontificale de San Leo, près de Urbino, 1795). Personnage mystérieux qui s’est rendu fameux au XVIIIe siècle, naquit d’une famille obscure. Son véritable nom était Joseph Balsamo; il le changea en celui de Cagliostro que portait sa marraine, et prit la qualité de comte. La vie de Cagliostro est mal connue, il naquit sans doute dans une humble famille de Palerme, prit l’habit des frères de la Miséricorde, religieux soignants, fut infirmier puis médecin. Chassé de sa communauté pour indélicatesses, accusé d’escroquerie, il fut obligé de bonne heure de quitter sa patrie et parcourut sous des noms différents la Grèce, l’Égypte, l’Arabie, la Perse, l’île de Malte, Naples, Rome, et presque toutes les villes de l’Europe; il acquit dans ses voyages la connaissance de quelques secrets alchimiques et médicinaux, et se fit une grande réputation par des cures merveilleuses. Il arriva en France en 1780, se fixa pendant quelque temps à Strasbourg, où il fut reçu avec enthousiasme, puis vint à Paris où il n’excita pas moins d’admiration, et fut quelque temps à la mode dans la haute société. Il se présenta au public aristocratique en thaumaturge et en initié sous le patronage d’un grand seigneur fort niais, le cardinal de Rohan, prince-évêque de Strasbourg, grand aumônier de France, qu’il avait enjôlé pour des raisons diverses : remèdes miraculeux, franc-maçonnerie. Cagliostro se disait le disciple du comte de Saint-Germain, aventurier mystérieux, qui, à Versailles, où il avait brillé vers 1750-1760, se déclarait immortel. Il prétendait aussi posséder une eau de jouvence, sérum de perpétuelle jeunesse. Il vendait des élixirs, des pilules, faisait des tours de magie et de sorcellerie, et prétendait faire apparaître les morts. Il importa en France la Franc-maçonnerie dite égyptienne (de Memphis Misraïm). Son succès, prodigieux dans la bonne société parisienne, est explicable par l’atmosphère du temps : la franc-maçonnerie était au goût du jour. Mais la carrière de ce sorcier de salon fut brisée par l’escroquerie dans lequel il était impliqué avec le cardinal de Rohan dite affaire du collier de la reine. Il fut incarcéré à la Bastille, puis expulsé de France (1786). Il se retira en Angleterre, puis alla en Suisse et enfin en Italie. Revenu en Italie, il erra dans diverses villes avant d’être arrêté par la Sainte Inquisition en 1789 comme suspect de pratiquer la franc-maçonnerie ; il y fut jugé et condamné par la justice pontificale en 1791 à la peine de mort, peine qui fut commuée en une prison perpétuelle; il fut emprisonné jusqu’à sa mort. Il mourut en 1795, à la Rocca di San Leo, près d’Urbino dans la région des Marches (Italie). La plupart ne voient dans Cagliostro qu’un adroit charlatan ; quelques-uns le regardent comme un homme vraiment extraordinaire, un véritable thaumaturge, doué du don de prédire. Ce qu’il y a de certain, c’est qu’il produisait des effets surprenants, et qu’il vivait toujours dans une grande opulence. On a supposé qu’il était l’agent d’une société secrète de Francs-Maçons qui fournissait à ses dépenses. On a publié à Rome, en 1790, une Vie de Cagliostro, extraite des pièces de son procès; elle a été traduite en français. http://fr.wikipedia.org





Previous Post

Uffie aux platine du Ritz Bar ce jeudi 16 février

Next Post

LE COURANT LIBERTIN





0 Comment


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


More Story

Uffie aux platine du Ritz Bar ce jeudi 16 février

Pfff... Et dire que je suis à Bordeaux et que je vais manquer ça... Si vous êtes sur Paris ne vous privez surtout pas !!! Et si vous...

15/02/2012