L’eudémonisme (du grec : εὐδαιμονία / eudaimonía, « béatitude ») est une doctrine philosophique qui pose comme principe que le bonheur est le but de la vie humaine, il n’est pas perçu comme opposé à la raison, il en est la finalité naturelle. On peut rattacher à l’eudémonisme, la recherche de la félicité chez Spinoza ainsi que l’idéal du bonheur ou bien commun, cher aux lumières du XVIII ème Siècle. La doctrine se fonde sur une confiance générale en l’homme qui reste la clé irremplaçable de l’humanisme. La doctrine se concentre sur cette seule chance d’épanouissement que constitue la vie terrestre et c’est par conséquent à la réussite de cette vie, au bonheur immédiat ou rationalisé sur un temps long, tant au sien qu’à celui d’autrui, qu’elle consacre logiquement l’essentiel de son effort. L’eudémonisme est parfois confondue avec l’hédonisme qui fixe pour sa part, le plaisir et non le bonheur comme but de la vie humaine. En définitive, l(Wikipédia)

Orelsan dirait simple, basique et tellement évident… Pensons-nous à tort que notre modèle de société nous éloigne le plus souvent de ce but en soi, glorifiant la réussite égoïste et l’accumulation de biens matériels comme preuve de réussite ? Sommes-nous déterminés à croire que le conflit est une règle naturelle à laquelle nous ne pouvons échapper ? L’histoire nous démontre à contrario que c’est bien la co-construction et le partage qui ont permis à l’homme d’évoluer et de s’émanciper. Alors, loin des chimères new age et des frustrations consuméristes de l’époque, faisons de l’eudémonisme la pierre angulaire de notre existence.