Breaking

Jeff Koons Versailles

FEATURED / 26/08/2008

Jeff Koons-Versailles est un moment exceptionnel qui voit le château de Versailles renouer avec les artistes de son temps au cours d’une promenade qui fait (re)découvrir des lieux connus et méconnus du domaine. S’il existe un lieu où il faut se risquer à créer une manifestation de notre époque et non un pastiche facile, tentation souvent préférée, c’est Versailles. La création artistique contemporaine permet une autre perception de ce monument vivant, réalité toujours changeante, qui n’est pas un modèle figé d’une époque unique, d’ailleurs bien difficile à définir, mais, comme tout élément de notre patrimoine, le fruit d’une stratification complexe de regards et d’interventions, y compris contemporaines. Elle contribue à briser un peu les clichés afférents à cet endroit qui se matérialisent par une pratique du lieu, parfois convenue et très concentrée. Il s’agit d’offrir des points de vue nouveaux sur un site que tout le monde pense connaître en révélant ainsi sa complexité contemporaine, sa substance, son épaisseur enfouie sous l’habitude. Du mercredi 11 septembre au dimanche 14 décembre 2008 Château de Versailles – Grands Appartements et Parterre de l’Orangerie De 9h à 18h30 jusqu’au 31 octobre De 9h à 17h30 du 1er novembre au 14 décembre Nocturnes les samedis de 18h30 à 22h sauf le 13 septembre Entrée : 13,50 euros Gratuit moins de 18 ans et lors de Versailles Off le 4 octobre www.jeffkoonsversailles.com  www.chateauversailles.fr





Previous Post

Taille de pénis

Next Post

If you want sex, you’ve got to move !





0 Comment

on 09/09/2008

La frustration que subiront les visiteurs peut se comparer à celle d’un mélomane qui, se rendant au concert, le verrait perturber par un énergumène donnant à tout va des coups de klaxons. Vous concevrez son étonnement, puis sa rage, si on lui annonce que le perturbateur a été invité par l’organisateur du concert, de façon à provoquer une « stimulante confrontation »
Rien ne peut justifier une aussi grotesque parodie, si ce n’est une philosophie nihiliste où tout se vaut, où l’immondice le plus vil est l’égal du plat le plus fin.
Il convient encore de relever un abus de langage dans le discours des tenants de cette exposition. Ils parlent d’art contemporain pour désigner ce qui n’est qu’une partie de l’art d’aujourd’hui. De façon totalitaire, les tenants de cet “art” conceptuel, officiel et lourdement subventionné ont prétendu être les seuls artistes d’aujourd’hui, repoussant dans l’obscurité tous ceux qui n’appartenaient pas à leur école.
Si l’on voulait donner un nom d’école à ces artistes qui se disent contemporains, il faudrait les qualifier d’ “urinoiristes” car la paternité artistique dont ils se réclament, c’est celle de l’urinoir de Marcel Duchamp (qui remonte à 1917 : c’est dire à quel point ils sont contemporains).

on 09/10/2008

Jeff Koons king of contemporary art at Versailles…another revolution ?



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


More Story

Taille de pénis

La taille du pénis est un sujet qui intéresse tous les hommes. En effet, selon les sondages, 99,9% des hommes aimeraient...

26/08/2008