Le racolage médiatique, un impératif ?

Entre les interviews de prostituées, les émois de politiques, les témoignages toujours plus intrusifs de victimes ou de bourreaux, le racolage médiatique recule toujours plus loin les limites. Vous me direz sans public point n’est besoin de requérir à ces méthodes, je comparerai l’audience à un estomac obèse qui réclamerait toujours plus de nourriture, en revanche qui bypassé, garrotté, coupé n’aurait d’autre possibilité que de s’arrêter. Qui pour stopper l’ogre et libérer les âmes perdues ?

Laisser un commentaire