Avec cette 45ème édition, réalisée en mai dernier à Londres, le photographe britanniqueTim Walker propose son style très personnel, avec des décors hors du commun et des motifs romantiques pour “revisiter” un des plus grands classiques de la littérature anglo-saxonne : Les Aventures d’Alice au Pays des Merveilles. Le récit en images de Tim Walker s’inspire non seulement de l’histoire fantastique de Lewis Carroll, mais aussi et surtout des illustrations commandées par l’écrivain à John Tenniel lors de la sortie de la première édition de l’œuvre en 1865 et qui, dans le Calendrier Pirelli 2018, sont reprises par les 28 clichés et les 20 différentes scènes d’un extraordinaire et nouveau Pays des Merveilles.

L’histoire d’Alice nous dit Walker a déjà été racontée des milliers de fois et je voulais aller à la source de l‘imaginaire de Lewis Carroll afin de la raconter de nouveau, mais cette fois-ci à partir de son origine. Je désirais proposer un point de vue différent et original”.

Pour réaliser son Calendrier, après celui de Peter Lindberg l’année dernière, Walker a voulu s’entourer de deux autres artistes de premier plan : Shona Heath, directrice de la création et scénographe parmi les plus importantes en Grande-Bretagne, et l’icône de la mode, le styliste Edward Enninful qui a conçu les costumes magnifiques et sophistiqués de cette édition. C’est à Shona Heath que l’on doit les extraordinaires mises en scène et installations qui ont permis la narration créative de cette version des Aventures d’Alice au Pays des Merveilles. Certains éléments du récit qui font désormais partie de l’imaginaire collectif ont été ici bouleversés : par exemple, Lapin Blanc devient…noir, tandis que les roses rouges de la Reine de Cœur sont peintes en noir par les Cartes à jouer. “J’ai essayé de trouver encore d’autres choses à chambouler, de remettre en cause le sens de l’histoire et ses moments les plus marquants, de les diversifier le plus possible. Mais en réalité, notre message demeure très clair et profondément fidèle au récit original”, ajoute Shona Heath.

Enninful observe : “Il est très important de raconter l’histoire d’Alice aux nouvelles générations. Ses Aventures au Pays des Merveilles font écho au monde dans lequel nous vivons, les obstacles auxquels nous sommes confrontés et l’idée de célébrer la diversité. Dans mon enfance londonienne, je me suis souvent retrouvé dans un monde fantastique de légendes et de mystères. Alice a toujours été un de mes personnages préférés. Je me suis toujours senti à ses côtés durant tout son voyage au Pays des Merveilles, et tous les personnages extraordinaires qui le peuplent sont devenus des amis pour moi…enfin, presque tous, parce que l’horrible Reine et ses bourreaux ne le sont pas vraiment. Voir Alice noire aujourd’hui aide les enfants de toutes les races à se familiariser avec l’idée de la diversité dès leur plus jeune âge et à comprendre que la beauté revêt toutes les couleurs. Nous vivons dans un monde culturellement disparate. Des projets comme cet extraordinaire Calendrier Pirelli est la démonstration que l’espoir est encore permis dans une réalité qui, parfois, nous semble de plus en plus cynique.

Outre les photos prises dans le studio et pendant les shooting, les anecdotes et et les récits des personnages du Calendrier Pirelli 2018, le visiteur du site www.pirellicalendar.com pourra découvrir l’histoire de plus de 50 ans de The Cal grâce à des vidéos, interviews, clichés et textes inédits.