Breaking

Rap à 2 vitesses

Musique / 09/02/2014

1991 Pur produit de cette infamie Appelée la banlieue de Paris Depuis tout jeune je gravite avec le but unique D’imposer ma présence Trop paresseux pour travailler Trop fier pour faire la charité Oui je préfère la facilité Considérant que le boulot M’amènera plus vite au bout du rouleau Alors réfléchissez: Combien sont dans mon cas Aux abords de vos toits Et si cela est comme ça C’est que depuis trop longtemps Des gens tournent le dos Aux problèmes cruciaux Aux problèmes sociaux Qui asphyxient la jeunesse Qui résident aux abords Au Sud,à l’Est,à l’Ouest,au Nord Ne vous étonnez pas Si quotidiennement l’expansion de la violence est telle Car certains se sentent seulement concernés Lorsque leurs proches se font assassiner… Est-ce ceci la liberté-égalité-fraternité ? J’en ai bien peur

Le monde de demain Quoi qu’il advienne nous appartient La puissance est dans nos mains Alors écoute ce refrain…

Quelle chance, quelle chance D’habiter la France Dommage que tant de gens fassent preuve d’incompétence Dans l’insouciance générale Les fléaux s’installent – normal Dans mon quartier la violence devient un acte trop banal Alors va faire un tour dans les banlieues Regarde ta jeunesse dans les yeux Toi qui commande en haut lieu Mon appel est sérieux Non ne prend pas ça comme un jeu Car les jeunes changent Voilà ce qui dérange Plus question de rester passif en attendant que ça s’arrange Je ne suis pas un leader Simplement le haut-parleur D’une génération révoltée Prête à tout ébranler Même le système Qui nous pousse à l’extrême Mais NTM Suprême ne lachera pas les rênes Epaulé par toute la jeunesse défavorisée Seule vérité engagée: Le droit à l’égalité Le voilà de nouveau prêt à redéclencher  Une vulgaire guerre civile Et non militaire Y en a marre des promesses On va tout foutre en l’air

Le monde de demain Quoi qu’il advienne nous appartient La puissance est dans nos mains Alors ecoute ce refrain…

Je ne te demande pas de comprendre Mais de résoudre Les problèmes qui habitent La banlieue qui s’agite Toujours plus vite Sans limite Admet qu’il y a un point critique A ne pas dépasser En tant qu’informateur Je me sens obligé de dévoiler la vérité Car le silence ne sera plus jamais Plus jamais toléré Oh oui c’est triste à dire Mais tu n’as pas compris  Pourquoi les jeunes de mon quartier vivent dans cet état d’esprit La délinquance avance Et tout ceci a un sens Car la violence coule dans les veines De celui qui a la haine OK je reprend les rênes Pour faire évoluer ton esprit Pris Prisonnier d’un système Où les règles ne sont pas les mêmes Suivant ta classe – Yeah Suivant ton style – Oui Suivant ta face suivant ta race Le rouage est bien huilé Le système bien ancré OK mais n’oublie jamais que je suis armé De paroles pour m’imposer M’opposer M’interposer – processus enclenché Je balance ma vérité

Le monde de demain Quoi qu’il advienne nous appartient La puissance est dans nos mains Alors écoute ce refrain…

2014 Izi Jamais invisible même dans le Phantom Autour d’chez toi les keufs mettent des bandes jaunes Banlieue Ouest, grande zone Chaque phrase commence par « wesh » B2O j’suis dans les grandes eaux Avant de tuer, j’commence par iech

La muerte leur va si bien Minimum 5 chiffres si j’viens Tous mes voeux de malheurs, kiffe bien T’es le stade du tier-quar, j’suis la Ligue 1 C’est la BO du Parrain, armes chimiques dans leurs grand-mères On va les ser-do au sarin Ton parfum c’est le sapin J’vois rouge comme le dessous de ses escarpins

Bienvenue chez 92i, réunion de scar-la Un million par-ci, un million par là Leur carrière, leurs classiques, dans deux ans on en reparlera J’vais tous les mettre au SMIC, wallah, et on en restera là Tu veux du sale’zer, mets-toi là-haut Came’zer me voilà Flow du Niger, de Douala J’t’encule sur conseil de Yahia Tu veux du sale’zer, mets-toi là haut Came’zer me voilà Flow du Niger, de Douala J’t’encule sur conseil de Yahia

La muerte leur va si bien Minimum 5 chiffres si j’viens Tous mes voeux de malheurs, kiffe bien T’es le stade du tier-quar, j’suis la Ligue 1 C’est la BO du Parrain, armes chimiques dans leurs grand-mères On va les ser-do au sarin Ton parfum c’est le sapin J’vois rouge comme le dessous de ses escarpins

Berretta dans la bouche, tu vas me remettre Il n’y a que Brazza que je regrette J’braque pas les schneck’zer, que les recettes Si j’lui passe la bague au doigt, elle est refaite Le rap français j’le baise en brochette Le son c’est haram, n’y mélange pas l’Islam et son Prophète Nom-nom-nombreux tirs de roquettes Miami Vice, Kopp Jonhson, Sonny Crockett Lunettes noires, Chino Ünkut, paire de Cortez Negros armés comme au Tchad dans tout le cortège Comme dirait le vieux, t’es plein de foutaises J’ai Dieu, doubles uzis qui me protègent Mon concert t’y étais, c’est le bordel Si la merde rajeunissait, tu s’rais immortel La France, j’lui ai mise dans l’cavut, j’l’ai mise hors d’elle Quand j’dis que j’suis numéro Uno, je suis formel






Clément Deltenre
Artisan de jetsociety magazine depuis 2004. Webmaster. Community Manager. Rédacteur en chef. Ecrivain. Dénicheur de pépites. Adorateur du Bien, du Beau et du Bon.




Previous Post

Triumph: Stand Up For Fit in 2014

Next Post

Quand les seigneurs ne sont que de simples courtisans





0 Comment


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


More Story

Triumph: Stand Up For Fit in 2014

« Stand Up For Fit 2014 » représente l’engagement de Triumph à accompagner les femmes. Une application Facebook de bons...

09/02/2014