Meursault, contre-enquête, premier roman de Kamel Daoud

Il est le frère de “l’Arabe” tué par un certain Meursault dont le crime est relaté dans un célèbre roman du xxe siècle. Soixante-dix ans après les faits, Haroun, qui depuis l’enfance a vécu dans l’ombre et le souvenir de l’absent, ne se résigne pas à laisser celui-ci dans l’anonymat : il redonne un nom et une histoire à Moussa, mort par hasard sur une plage trop ensoleillée.

Haroun est un vieil homme tourmenté par la frustration. Soir après soir, dans un bar d’Oran, il rumine sa solitude, sa colère contre les hommes qui ont tant besoin d’un dieu, son désarroi face à un pays qui l’a déçu. Étranger parmi les siens, il voudrait mourir enfin…

Hommage en forme de contrepoint rendu à L’Étranger d’Albert Camus, Meursault, contre-enquête joue vertigineusement des doubles et des faux-semblants pour évoquer la question de l’identité. En appliquant cette réflexion à l’Algérie contemporaine, Kamel Daoud, connu pour ses articles polémiques, choisit cette fois la littérature pour traduire la complexité des héritages qui conditionnent le présent.

Né en 1970 à Mostaganem (300 km à l’ouest d’Alger), Kamel Daoud a suivi des études de lettres françaises après un bac en mathématiques. Il est journaliste au Quotidien d’Oran – troisième quotidien national francophone d’Algérie –, où il a longtemps été rédacteur en chef et où il tient depuis douze ans la chronique quotidienne la plus lue d’Algérie. Ses articles sont régulièrement repris par la presse internationale (Libération, Le Monde, Courrier international). Il vit à Oran.Il est l’auteur de plusieurs récits dont certains ont été réunis dans le recueil Le Minotaure 504 (Sabine Wespieser éditeur, 2011) – initialement paru à Alger sous le titre La Préface du nègre (éditions barzakh, 2008) et distingué par le Prix Mohammed Dib du meilleur recueil de nouvelles en 2008. Traduit en allemand et en italien, Le Minotaure 504 figurait sur la sélection finale du Goncourt de la nouvelle 2011 et a été salué par la critique.Meursault, contre-enquête, publié en novembre 2013 en Algérie par les éditions barzakh, est le premier roman de Kamel Daoud.

Actes Sud Littérature
Domaine français
Mai, 2014 / 11,5 x 21,7 / 160 pages

Concours d’auteurs : Harlequin

Les éditions Harlequin, lancent leur première collection d’auteurs de langue française et invitent les écrivains épris du genre à participer à un concours. Jusqu’au 30 novembre, ces derniers peuvent envoyer leur histoire sur le site www.welovewords.com, le réseau social des auteurs. Douze seront sélectionnés par un jury et édités en numérique par les éditions Harlequin. Le premier prix, publié en version papier, couronnera le texte «le plus vibrant, le plus romantique, le plus surprenant, le plus bouleversant, le plus moderne», a précisé la maison d’édition.

30 ans de Crumb Sketchbook @ Taschen

30 ans de Crumb, 1344 pages de classiques Ce coffret de six volumes est la première collection de dessins de Robert Crumb éditée à partir des croquis originaux depuis la collection en sept volumes reliés sous coffret publiée par la maison allemande Zweitausendeins entre 1981 et 1997. Contrairement à cet ancien coffret, qui reproduisait la moindre patte de mouche dessinée par l’illustre artiste underground américain, notre florilège a été édité par le très exigeant M. Crumb en personne pour ne proposer que la crème de son oeuvre, notamment plusieurs centaines de croquis tardifs jusqu’alors inédits. Robert Crumb a demandé que les volumes illustrant la seconde partie de sa carrière soient publiés en premier, afin de satisfaire la soif de nouveauté de ses nombreux admirateurs (le vol. 1 couvre la période 1982-2011 et le vol. 2 la période 1964-1981).

Ces 20 dernières années, Crumb a considérablement ralenti sa production: ses dessins récents, plus rares, sont d’autant plus précieux. Cette collection de plus de 600 croquis inédits réalisés entre 1996 et 2011 présente donc un intérêt majeur pour tous les fans de Crumb.

Le Début de la fin | The Big Book of Breasts

Le Début de la fin Quatorze ans après la tentative d’assassinat dont elle a été victime, la célèbre détective littéraire Thursday Next est toujours aux prises avec la fiction : on lui a collé son alter ego en guise de stagiaire, un Excédent de Bêtise menace, et, surtout, la fin des Temps est à craindre. Tout ça alors que son fils, le petit Friday jadis si mignon, est devenu un adolescent mollasson qui lui cause bien du souci. Pourtant la ChronoGarde cherche à tout prix à le recruter… il est selon eux destiné à sauver la planète… pas moins de 756 fois ! Et ce n’est que le début… car un livre interactif dans lequel les lecteurs pourront tout bonnement éliminer les passages dits ennuyeux est censé pallier la baisse vertigineuse de la lecture dans le Monde Extérieur! Les lecteurs qui prennent le pouvoir ? Thursday doit bien avouer qu’on ne lui avait encore jamais fait ce coup-là. Et c’est à elle et à elle seule qu’il revient d’empêcher le Monde des Livres de voler en éclats…  Traduit de l’anglais par Jean-François Merle FFORDE Jasper Traducteur : MERLE J.F. www.10-18.fr

The Big Book of Breasts Au sein des seins TASCHEN, après avoir passé en revue les différents procédés de chirurgie esthétique, revient à l’apologie du naturel en présentant les plus belles poitrines féminines, libres de tout artifice. Certains appellent cela l’obsession américaine, mais force est de constater que le pouvoir hypnotique de la poitrine féminine sur les hommes est mondial. Dian Hanson explore ici 50 ans d’obsession pour les fortes poitrines à travers autant d’années de photographies de nu: de Busty Brown, durant la seconde guerre mondiale, jusqu’à la recordwoman mondiale Norma Stitz. Ce livre de plus de 400 pages propose les plus belles et les plus provocantes photographies jamais faites, complétées par dix entretiens inédits. A une époque où la silicone devient la norme, The Big Book of Breast est la preuve que la nature fera toujours mieux. À propos de l’éditeur: Dian Hanson est née à Seattle en 1951. Elle dirige la collection Sexy Books de TASCHEN depuis 2001. Avant cela, elle a conçu pendant 25 ans des revues de charme, dont Puritan, OUI, Outlaw Biker, Juggs et Leg Show. Parmi ses nombreux ouvrages pour TASCHEN se trouvent The Complete Kake Comics et The Big Penis Book. Elle vit à Los Angeles. www.taschen.com

Decoded par Jay-Z

Jay-Z on Decoded When you’re famous and say you’re writing a book, people assume that it’s an autobiography–I was born here, raised there, suffered this, loved that, lost it all, got it back, the end. But that’s not what this is. I’ve never been a linear thinker, which is something you can see in my rhymes. They follow the jumpy logic of poetry and emotion, not the straight line of careful prose. My book is like that, too. Decoded is first and foremost, a book of rhymes, which is ironic because I don’t actually write my rhymes–they come to me in my head and I record them. The book is packed with the stories from my life that are the foundation of my lyrics–stories about coming up in the streets of Brooklyn in the 80’s and 90’s, stories about becoming an artist and entrepreneur and discovering worlds that I never dreamed existed when I was a kid. But it always comes back to the rhymes. There’s poetry in hip-hop lyrics–not just mine, but in the work of all the great hip-hop artists, from KRS-One and Rakim to Biggie and Pac to a hundred emcees on a hundred corners all over the world that you’ve never heard of. The magic of rap is in the way it can take the most specific experience, from individual lives in unlikely places, and turn them into art that can be embraced by the whole world. Decoded is a book about one of those specific lives–mine–and will show you how the things I’ve experienced and observed have made their way into the art I’ve created. It’s also about how my work is sometimes not about my life at all, but about pushing the boundaries of what I can express through the poetry of rap–trying to use words to find fresh angles into emotions that we all share, which is the hidden mission in even the hardest hip-hop. Decoded is a book about some of my favorite songs–songs that I unpack and explain and surround with narratives about what inspired them–but behind the rhymes is the truest story of my life. amazon.com

Le dernier Français s’appelle Malik

C’est un recueil de textes bien écrits, bien pensés, sincères et maîtrisés. Après, que ce garçon soit noir et musulman qu’est-ce que j’en ai à foutre ? Impossible pourtant de faire l’impasse sur cet état de fait. Notre société est encore bien malade du racisme ordinaire latent, sous jacent, prêt à bondir à la moindre incartade causée par une minorité. France black, blanc, beur vs France jambon beurre… À droite toute mon capitaine ! Et dire qu’il serait tellement simple et évident d’accepter nos différences. Mais les cons sont légions et dominent l’opinion. Comment est-il concevable de dire et d’entendre l’expression « Tolérance zéro ? » pour ma part je prône « l’intolérance zéro » parce que c’est elle la vraie gangrène de notre système. Dans mon sang coule l’héritage de milliers de métissage. Je ne suis que le fruit du partage d’êtres qui se sont suffisamment aimés à un moment pour au moins procréer. D’où qu’ils viennent et où qu’ils soient le combat pour la liberté, l’égalité et la fraternité n’est pas terminé. Frères, cousins, human after all.

Moi tout craché

Qu’est-ce qui a bougé, en Amérique, entre 1982 et 2009 ? Avec sensibilité, avec humour, et non sans cruauté, Jay McInerney fait le portrait d’une génération qui avait voulu changer le monde et qui se retrouve, trente ans plus tard, prise au piège de ses propres contradictions. Jay McInerney va vite, très vite, sa plume capte les frémissements les plus ténus, ceux qui, justement, définissent le climat d’une époque, sa vie encore secrète. Il excelle dans le croquis à main levée, le détail cru, la phrase notée au vol. Lorsqu’il décrit un trader cocaïnomane ou une gosse de riche déprimée, il les invente au fur et à mesure qu’il les dessine, et nous les voyons pour la première fois, avant qu’ils ne se figent en clichés. En regroupant en un seul volume toutes les nouvelles – ou presque – qu’il a publiées, l’auteur de La Belle Vie rend hommage à celui qui fut autrefois son mentor : Raymond Carver, maître incontesté de la short story. En 1982, encouragé par Carver, Jay McInerney écrit une histoire dédiée aux nuits blanches, comme la poudre dont son héros semble ne jamais se lasser, et qui deviendra plus tard le premier chapitre de Bright Lights, Big City… La suite appartient à la légende.  Né en 1955 à Hartford (Connecticut), Jay Mclnerney vit aujourd’hui à New York. Il est l’auteur, aux Éditions de l’Olivier, de Bright Lights, Big City (1997), Trente ans et des poussières (1993), Le Dernier des Savage (1997), Glamour attitude (1999), La Fin de tout (2003) et La Belle Vie (2007).  de Jay McInerney (Auteur), Agnès Desarthe (Traduction) www.amazon.fr