En s’appropriant des paroles, des mélodies et des compositions du répertoire folk du Yemen, El Khat s’aventure dans des territoires musicaux encore inexplorés…

El Khat – القات – Ya Raiyat – يا راعيات (Batov Records)

L’album est emprunt de l’influence d’Omar Souleyman et du dabkefolk, caractérisé par une appétence pour la transe (‘Wahed Mozawej”), des reminiscences du maître de l’ethio-jazz Mulatu Astatke (“Ala Jina Nuhayoykum”) et des refrains entêtants des grands noms de la pop occidentale, de David Bowie aux Beach Boys (“Balagh Al Achbaab”) ; mais ce qui prédomine à l’écoute de Saadia Jefferson, c’est la personnalité et l’identité du leader Eyal El Wahab, juif yéménite vivant à Tel Aviv.