Live At Robert Johnson / Sarah Moon / Peanut Butter Wolf / BOOMBASTIC NYE 2009 / DISCO PARTY

Le Club Robert Johnson de Francfort qui fêtera en 2009 son dixième anniversaire a vu passer derrière ses platines la crème des djs techno. Notre Chloé nationale résidente de longue date de ce club aussi mythique que mystérieux, inaugure la collection Live At Robert Johnson avec ce premier CD mixé inclus dans un livre au format vynil destiné également à recevoir les 3 futurs cds mixés par d’autres djs qui viendront compléter la série des Live At Robert Johnson. Une édition limitée à 2000 exemplaires disponible avec Un mois d’exclusivité mondiale chez colette à partir du 15 décembre. colette.fr DVD Sarah Moon – 4 contes Ces quatre contes réalisés par la photographe Sarah Moon sont adaptés de ceux de Hans Christian Andersen et de Charles Perrault. Réminiscences de lecture et écriture cinématographique se croisent ici et inscrivent des contes du patrimoine dans une réalité quotidienne proche de celle des années trente, époque industrieuse d’entre deux crises. Un univers en noir et blanc dérangeant et nostalgique dont se dégage une grande poésie. colette.fr Peanut Butter Wolf presents : Badd Santa Peanut Butter Wolf le boss du label Stones Throw Records et grand collectioneur de disques joue les au Père Noël et nous amène dans sa hotte une flopée de morceaux d’hiers et d’aujourd’hui pour passer des fêtes de fin d’années groovy ! De James Brown a James Pants…en passant par Bruce Haak, The Free Design, Georgia Anne Muldrow…mélant Funk, hiphop old school, soul & reggae voilà le cadeau a ne pas laisser dormir sous le sapin cette année!  colette BOOMBASTIC NYE 2009 Mercredi 31 Decembre 2008  Le New Morning BOOMBASTIC 2009 New Year’s Beginning Tel un appel à l’unité et à la renaissance, on t’embarque dans le reveillon le plus BOOMBASTIC du continent : Réunis pour la 1ère fois sur le même plateau du New Morning, le temple parisien des concerts Nu Jazz/World Jazz/Black Music, les 3 party teams incontournables du Groove à Paris livrerons une nuit de performances audio haute fidélité à savourer « all night long » :  BOULI CREW : Aline de Radio Nova sera nôtre maîtresse de maison avec son plus fidèle acolyte Da’Vince pour tous les Bouli BOOMBASTIC du dancefloor !!  DOMINO CREW : débauchée exceptionnellement du Djoon, emmenée par le résident Emile Omar, l’une des deux têtes chercheuses de la programmation musicale de Radio Nova, expert en sons Black US, de 70à aujourd’hui , mais pas que ! The Boss.  INFUNKWETRUST CREW : Rebirth Members & Friends, en force pour faire trembler les murs New Morning. Ring Dee Alarm!  C’est dans ce moment fort que la musique révèlera sa force brute : ce soir particulier, tel un refuge pour la faune urbaine que vous êtes, voilà un réveillon qui abritera la prise de conscience, l’énergie par le rythme, l’échange, l’émotion, la sophistication : ce que vous aimez retrouver dans la Soul music, le Golden Hip Hop, le Funk, le Groovy Jazz, la Bossa Nova, le Reggae, la Ghetto House ou encore la Salsa. Des courants musicaux créés par des talents de toutes époques souvent issus du bas et reconnus pour être monté très haut… Bye Bye 2008… and open your mind : 2009 Will Be BOOMBASTIC ! digitick.com DISCO PARTY – BATACLAN Mercredi 31 Décembre – 20€ – 23h – 6h – house – Disco Dj Deep – Alex kid – Na’sayah – Amnaye NEW YEARS EVE DISCO PARTY MERCREDI 31 DECEMBRE 2008 DJ DEEP – ALEX KID – NA’SAYAH – AMNAYE BATACLAN – 50 BOULEVARD VOLTAIRE 75011 PARIS Cette première nuit 2009 sera beaucoup plus disco et house que rock et minimal…cette musique entretient notre jeunesse de manière plus festive et justement « la fête » nous permet de croire que l’on est éternel malgré les années qui passent ! Nous n’avons donc pas peur de vous souhaiter une Joyeuse année 2009… com2daddy.commyspace.com/com2daddy

Guru's Jazzmatazz

Guru’s Jazzmatazz en concert a la Scene Bastille le 17 Mars 2008 Keith Edward Elam plus connu sous le nom de Guru naît le 17 Juillet 1966 à Boston (USA). Il officie d’abord dans le groupe de Hip-Hop Gang Starr avec Dj Premier avec qui il enregistre Step In the Arena (1991). En 1993, Guru part en solo et monte le projet Jazzmatazz sur lequel il invite de nombreux rappeurs et jazzmen dont MC Solaar, The Brand New Heavies … En savoir Plus http://www.gurusjazzmatazz.net A propos de guru’s Jazzmatazz III Streetsoul : Troisème volet des expériences hip hop-jazz de Guru, où il invite une pléaïde d’artistes soul du moment.Lorsque Guru décide en 1993 de produire son propre projet solo, cela donne « Jazzmatazz… An Experimental Fusion of Hip Hop ». Le rappeur de « Gangstarr » rappelle que le hip hop possède quelques racines dans le jazz, deux genres musicaux initiés par les afros-américains. Sept ans plus tard (avec entre temps un deuxième volume plus anecdotique) Guru sort un troisième volume bien dans son époque, où il fait se croiser hip hop et soul.  Source : Thierry PRAS / www.infoconcert.com

Lunettes de soleil « bijoux » par Chanel

Vues sur le podium de la couture hiver 2007-08, les lunettes de soleil « bijoux » seront disponibles dès le mois de janvier dans les boutiques Chanel exclusivement. Plumes, broderies Lesage, organza de la maison Lemarié, perles, sequins ou camélias s’invitent sur les montures imaginées par Karl Lagerfeld. Vert d’eau, gris, lilas ou bleu nuit constituent la palette de l’accessoire.J.DLR. http://www.vogue.fr

Maison Martin Margiela

20 Dec. 2008 – 01 Oct. 2009 Pour la deuxième année consécutive, la Cité de l’architecture & du patrimoine accueille le magazine ELLE DECORATION pour faire revivre l’ancien appartement de Jacques Carlu, architecte du Palais de Chaillot dans les années 30. Après Christian Lacroix, c’est à Maison Martin Margiela que la Cité et Elle Décoration ont donné « carte blanche » pour l’aménagement de cet appartement d’exception, situé face à la Tour Eiffel et surplombant tout Paris depuis sa terrasse. L’intervention de Maison Martin Margiela dans la Suite entend dépasser la simple idée de décor pour faire vivre le lieu, dans l’espace comme dans le temps. Le temps qui s’arrête après une fête et laisse ses stigmates de désordre. Pour que cet espace raconte une histoire, attise la curiosité et stimule l’imagination des visiteurs, qui deviennent témoins d’une scène de vie et des traces laissées par le temps et le mouvement. S’y mêlent les codes, les thèmes et l’univers de la Maison (le(s) blanc(s), l’argent, le trompe l’œil, les housses de coton, les traces du temps). S’y traduisent également ses valeurs (l’ironie, le détournement, la déconstruction) que la Maison ne cesse d’interprèter dans ses expressions créatives, que ce soit à travers les vêtements ou les univers qu’elle conçoit. L’entrée se fait par un long couloir argent du sol au plafond, prémisse de la fête qui a eu lieu dans le reste de l’appartement. Les murs sont recouverts de rideaux argentés, un plafond miroité s’étend sur toute la longueur et reflète le sol en plastique à effet miroir. La première salle expose les préparatifs d’une fête : on retire les tableaux précieux qui laissent apparaître leurs traces sur les murs, on pousse les meubles – mais cette fois, au centre de la pièce – et on les recouvre d’une housse de coton pour les protéger. La salle des fêtes a été quittée en l’état : les télévisions sont restées allumées, les cadavres de bouteilles et les verres vides s’entassent sur les tables de bistrot, les chaises sont encore empilées, la musique hante le piano qui continue de jouer… La perspective créée par l’effet trompe l’oeil de la moquette imprimée parquet, des coffrages des garde-corps et des photocopies noir&blanc des murs et plafond donne une dimension anamorphique à l’espace. La terrasse adjacente est recouverte d’un gazon blanc, les tabourets « pied-d’éléphants » ont accueilli ceux qui ont profité de la vue. Une petite salle capitonnée propose comme seul élément de décor une paire de chaussures Tabi en glace présentée dans un réfrigérateur vitré. Cette salle pourrait permettre d’accueillir des expositions temporaires d’artistes débutants invités par la Maison. Enfin, la visite de termine par la salle du festin, elle aussi laissée telle quelle, où l’écho des conversations résonne inlassablement. Les confetti recouvrent le sol, la table des convives est encore dressée : les vaisselles, candélabres et girandoles sont figés, le buffet offre toujours ses sceaux à champagne, glaçons et plats. Les murs et plafond sont recouverts de photocopies trompe-l’œil d’un ancien appartement Haussmannien orné de moulures et pâtisseries. Ici, la fête est finie. Elle continue ailleurs… Palais de Chaillot 1, place du Trocadero et du 11 novembre 75016 Paris www.citechaillot.fr