Communiqué d’AVAAZ

En ce moment même, des milliards d’abeilles sont en train de mourir. Il n’y a déjà plus assez d’abeilles en Europe pour polliniser les cultures. En France, la mortalité peut atteindre plus d’un quart des effectifs et la production de miel est en chute libre.

Nous sommes au beau milieu d’une nouvelle catastrophe environnementale qui nous menace tous. Sans la pollinisation des abeilles, de nombreuses plantes disparaîtront, ainsi qu’un tiers de nos aliments.

Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme. Ils nous disent que nous déversons sur nos plantes beaucoup, beaucoup plus de pesticides que nécessaire, et que ces pesticides sont toxiques pour les abeilles. Mais, à l’instar des lobbies pétroliers, les grandes entreprises chimiques ripostent à l’aide de d’arguments pseudo-scientifiques issus de recherches qu’elles ont-elles-mêmes financées. Grâce à ces études, elles mettent en question les analyses indépendantes et offrent aux responsables politiques de bonnes excuses pour ne rien faire.

Les recherches scientifiques, cela coûte cher. Avaaz est peut-être la seule organisation au monde entièrement financée par ses membres capable de rassembler suffisamment de fonds pour financer les premières recherches de grande envergure totalement indépendantes et commanditées par les citoyens permettant de comprendre ce qui tue nos abeilles et de remettre en cause les pseudo-études des géants pharmaceutiques. Nous en avons besoin de toute urgence. Et si nous ne le faisons pas nous-mêmes, qui le fera? Voyons si nous sommes capables de récolter les sommes colossales nécessaires pour sauver nos abeilles.

Le temps presse. Une nouvelle étude vient de dévoiler la terrible vérité: dans plus de la moitié des pays européens, il n’y a plus assez d’abeilles à miel pour polliniser les cultures dont notre alimentation dépend. Au Royaume-Uni, la population d’abeilles mellifères ne représente qu’un quart de ce qui serait nécessaire — et bien que d’autres espèces d’abeilles viennent combler le déficit, il est tout à fait probable qu’elles disparaissent à leur tour si nous continuons à arroser nos champs de pesticides.

Et tout ça peut-être pour rien! Depuis l’introduction des pesticides il y a 70 ans, nous avons appris que certains d’entre eux font plus de mal que de bien, car ils tuent les ennemis naturels des nuisibles. Pire encore, après quelque temps, les nuisibles deviennent eux-mêmes résistants à ces produits, ce qui force les agriculteurs à en utiliser toujours plus… et à s’empoisonner au passage.

Des organismes publics aux scientifiques, tout le monde s’accorde à dire que les néonicotinoïdes, un type de pesticide très répandu, sont un poison pour les abeilles. Les géants de la chimie, comme Bayer et leurs partisans, continuent de lutter contre toute législation encadrant leurs produits. Pour cela, ils présentent des recherches qu’ils ont financées eux-mêmes pour tenter de prouver que les pesticides ne sont pas nécessairement responsables du déclin mortel des abeilles. Et ca marche — aux États-Unis, où s’est déplacée la bataille pour l’interdiction de ces pesticides meurtriers, les autorités disent qu’il n’y a pas encore assez de preuves pour justifier une interdiction. Si nous perdons la bataille aux Etats-Unis, l’Europe pourrait suivre et lever son moratoire sur ces dangereux produits chimiques.

ll est temps de mettre fin au débat une bonne fois pour toutes. Si nous sommes assez nombreux à faire un don, Avaaz financera des recherches conduites par des scientifiques très respectés pour répondre aux critiques. Ensuite, nous pourrons mener une immense offensive mondiale pour sauver les abeilles en utilisant de multiples stratégies:

  • Organiser une tournée médiatique avec Bernie, notre abeille gonflable géante, pour faire parler de ces recherches dans les plus grands médias du monde
  • Financer des sondages d’opinion dans les grands pays agricoles pour contrer l’argument selon lequel les agriculteurs ne pourraient pas survivre sans ces produits chimiques
  • Obliger les commerces à retirer les pesticides mortels de leurs rayons. C’est déjà le cas dans certains pays d’Europe, mais nous allons forcer tous les supermarchés et jardineries du monde entier à s’engager dans la même voie
  • Mener une campagne acharnée pour obtenir enfin le vote d’une loi anti-pesticides, jusqu’ici bloquée au Congrès américain
  • Dénoncer publiquement ceux qui poussent à l’utilisation des pesticides meurtriers en faisant passer un message fort par des encarts et des panneaux publicitaires.
  • Poursuivre en justice les organismes gouvernementaux qui ont validé l’utilisation des néonicotinoïdes malgré les preuves qui montrent qu’ils sont toxiques pour les abeilles et pour des légions d’autres créatures bénéfiques.

Si les abeilles meurent, le monde que nous laisserons à nos petits-enfants sera bien différents du nôtre — les pommes et les amandes pourraient bien devenir des produits exotiques dans nos supermarchés. Nous faisons toutefois d’incroyables progrès dans notre combat pour les abeilles: l’année dernière, plus de 2,4 millions de membres d’Avaaz ont déclenché un immense mouvement en Europe qui a convaincu le Parlement européen d’instaurer un moratoire de deux ans sur les pires produits chimiques pour les abeilles. Si notre mouvement se mobilise maintenant pour faire taire le faux débat qui bloque nos législateurs, nous pouvons faire interdire ces pesticides partout dans le monde, et mettre fin à la guerre chimique contre les abeilles une bonne fois pour toutes!

OUI, JE PROMETS 2€ 

OUI, JE PROMETS 3€ 

OUI, JE PROMETS 6€ 

OUI, JE PROMETS 12€ 

OUI, JE PROMETS 24€

%d blogueurs aiment cette page :