Bret Easton Ellis est avec Stephen King mon écrivain préféré, bien sûr de nombreux autres m’ont fait vibrer mais jamais autant que ces 2 êtres… Bret Easton Ellis  en exclusivité pour AMAZON : « Je voulais rendre le bourdonnement continu de la peur » Les personnages de Moins que zéro, ont vieilli : vingt ans après, on retrouve Clay et les autres dans Suite(s) impériale(s), polar paranoïaque aux relents lynchiens. Ils sont devenus scénaristes, producteurs, actrices et ils sont toujours aussi creux, faux, immatures et seuls. Pour la sortie du livre, Amazon a rencontré Bret Easton Ellis, l’auteur mondialement célèbre de American Psycho qui contrairement à ses personnages, s’est montré tout à fait charmant et n’a tué personne… Amazon.fr : Dans Lunar Park, vous dites, ou plus exactement vous faites dire au personnage qui s’appelle Bret Easton Ellis, qu’il est le plus grand écrivain américain vivant de moins de quarante ans. Un commentaire ? Souhaitez-vous ajouter quelque chose à cela, aujourd’hui ? BEE: Non, c’était une blague ! Je voulais me moquer de moi-même. J’ai fait dire ça à mon personnage, à voix haute, mais je n’ai jamais pensé que j’étais l’un des meilleurs écrivains de ma génération. Il y avait déjà de meilleurs écrivains à l’université : par exemple mon ami Eric, le fameux Eric, il n’a jamais été publié mais c’était le meilleur de nous tous ; il est tombé dans la drogue et s’est égaré en chemin mais c’est lui qui aurait dû être publié. Je n’ai jamais voulu me comparer à mes contemporains, je n’ai jamais eu le sentiment d’être inscrit dans une tradition littéraire ou d’être membre d’une scène littéraire, et je n’ai jamais vraiment accordé d’attention à ces questions de classement, qui est le meilleur écrivain, etc. Par contre, je lis beaucoup d’écrivains contemporains, je me tiens informé de ce que font les romanciers actuels, même si je le fais moins que quand j’étais plus jeune. Amazon.fr : Quel est l’écrivain qui vous impressionne le plus, actuellement ? BEE: Jonathan Franzen Son nouveau roman, Freedom, est le meilleur roman américain que j’ai lu depuis vingt ans. Un immense, immense roman ! Pas seulement immense par le récit, la narration, mais par la démarche, c’est un roman d’une importance énorme, parce qu’il montre la nature de ce que le roman peut être. Il est un peu plus âgé que moi, il a 51 ans, j’en ai 46, mais je le considère comme un écrivain de ma génération.Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :