Il faut donc apprendre à voir l’objet d’art conceptuel. C’est assez compliqué: il ne se regarde pas comme un objet visuel ou figuratif (tous les objets naturels ont une figure); on ne le regarde pas non plus comme on regarde une toile abstraite. Dans ce dernier cas, c’est la sensibilité qu’on essaie d’éveiller. Ces taches de couleurs sont sensées nous faire tout un effet, l’artiste y a laissé libre cours à son expression et la recherche formelle sur la matière et les matériaux importe au plus haut point. Dans le cas de l’art conceptuel, on a affaire à un troisième voir: ici, c’est l’entendement qu’on essaie d’éveiller avec un art qui pense. En effet, si l’objet d’art est un concept, quand j’appréhende le concept, je pense. Le spectateur devient penseur. (…) http://agora.qc.ca

%d blogueurs aiment cette page :