“Un carnage pur et simple dans les gencives du café de Flore ne nous a jamais effleuré l’esprit. Au profond de la séparation des mondes, il fallait opposer à ces salopes la force pure du Grand incendie, d’un cyclone dont chaque vortex serait un écrivain. Frapper. Disparaître. Rendre publique une liste de noms, d’affranchis. Dandys sanguinaires, folles de Dieu, solitaires fascinants, collectionneurs d’orgasmes et nihilistes sculpteurs d’eux-mêmes : voici les monstres, cher lecteur, qui hantent les pages de Ring.” David Kersan www.surlering.com

%d blogueurs aiment cette page :