L’homme moderne n’est plus ce Neandertal bas du front incapable de concilier tâches ménagères, vie professionnelle et autres contingences du quotidien.

De fait, lorsque femme et enfant(s) quittent temporairement le foyer pour se rendre (par exemple) à la rencontre d’autres membres de la famille, l’homme se retrouve dans ces circonstances, seul, livré à lui-même.

De prime abord, aiguillé par ses nouveaux repères, il passera une partie de son temps à faire les courses, le repassage, nourrir les animaux de compagnie, le ménage, bref il sera l’homme de la Situation.

Passée cette première phase, il tournera un peu en rond et sans doute, s’interrogera sur sa condition. L’homme sans beaucoup chercher trouvera, tel un loup affamé, un programme sportif retransmis à la télévision ou pire un film réservé aux adultes (sa femme ayant négligé de verrouiller le contrôle parental)… et d’un coup d’un seul son instinct primaire enfoui se révélera à nouveau au grand jour. Les bières sortiront de la remise, tout comme le numéro de speedzzahut. Mu par cette nouvelle force il contactera sans hésiter ses vieux amis honnis dont il a quand même conservé dans une clé USB planquée dans un distributeur de lingettes nettoyantes les coordonnées, (sans trop savoir pourquoi d’ailleurs…), qui eux ne se feront pas prier pour féliciter le retour de l’enfant prodigue, se réjouiront de retrouver enfin cet ancien compagnon d’épicurisme qu’ils pensaient définitivement perdu pour la cause.

Le résultat on peut facilement l’imaginer et il faudra un certain temps et de nombreux magasines féminins, à sa chère et tendre moitié pour reapprivoiser le sauvage…

Moralité même si l’homme de bonne volonté cherche à s’attirer les bonnes grâces de son épouse il n’en demeure pas moins un gros branleur. Dont acte 🙂

%d blogueurs aiment cette page :