Selon le journal le Monde, Captain America est mort, le 7 mars 2007, en sortant du palais de Justice. Dans l’Amérique de George W. Bush et de Jack Bauer, il semblait ne plus trouver sa place.

En réalité c’est l’inverse, les comics et autres bandes-dessinées, souvent considérées comme de vulgaires divertissements pour enfant par une élite sclérosée et terriblement conformiste ont toujours été avant-gardistes et à la pointe de l’actualité. Le principe de Civil War est un véritable prélude à la réalité, une guerre de civilisation dans laquelle chacun doit faire ses choix en âme et conscience, de la façon la plus adulte qui soit. Captain America n’est pas mort, ce qui est mort c’est l’incarnation binaire du justicier, à l’instar de Batman chevalier noir, les super-héros ont désormais conscience que seul le point de vue éclairé compte. Rien n’est bon, rien n’est mauvais, tout est une question de valeur et d’honnêteté, d’amour et d’idéal commun à défendre pour favoriser le bien vivre ensemble. Tout ça dans une bd ? Absolument et bien plus encore, de l’art.

%d blogueurs aiment cette page :