C’est comme si le groove de The Gossip copulait amoureusement avec les mélodies d’Abba. Liquid Architecture livre ici la pierre d’une forteresse new disco. Car ce disque regorge de tubes. Pas de ceux qui se révèlent avec le temps, mais bien des petites dragées electro ingurgitables sans prescription. Colorée, sexy et étonnant, à l’image de sa pochette, “Love To Love” est là pour entretenir ton hédonisme d’un soir. De mémoire, peu de singles nous ont autant marqué que “Not For Hire” ou “Shift Your Attitude”.  À l’époque, deux très bonnes raisons de croire en 2006. Et des comme ça, leur premier album en comptait pas moins de treize. Conquérant, ambitieux, on tenait avec “Revolution Is Over” un disque à écouter sous les spotlights. Essai transformé aujourd’hui avec “Love To Love”. Nouvel EP plus dansant, plus aérien. Et osons le dire: plus fun.

Quatre morceaux. Mieux: quatre chansons. Deux originales, et deux reprises qui se jouent du format pop, recomposent dans une alchimie audacieuse de disco, d’electro et de rock. Des titres qui s’enchainent dans une énergie que rien ne semble pouvoir arrêter. “Give Me Something To Love” est un morceau gimmick, malicieux et électrique qui s’immisce instantanément dans votre tête. “Love To Love”, une perle pop groovy, drivée par une basse entraînante, des guitares aériennes  et une voix sensuelle.  L’amateur de disco music y trouvera des mélodies à effet immédiat, un tube sucré des années 80 revisité et rhabillé d’un beat dancefloor imparable (“Banana Split”), et le meilleur morceau jamais enregistré par Nena “99 Luftballons” pris a rebrousse poil de sa crête punk, pour embrasser un sillon plus hip pop. Si Lio et Nena étaient des poupées de cire, Audrey est, elle, définitivement une poupée de son.

%d blogueurs aiment cette page :