Au milieu des années 90, l’écrivain Guillaume Dustan divisait le monde en deux catégories : ceux qui, tous les lundis, se précipitaient sur Libération pour y lire les dernières tribulations nocturnes d’Eric Dahan, et les autres. Chroniques d’un genre nouveau, mixant avec brio trash et glamour, superstars et anonymes, mondanités et sous-culture, ses Nuits Blanches fascinaient ou agaçaient, mais ne laissaient personne indifférent. Décantation revisitée des Nuits Blanches, Night Reporter entrecroise récits de défilés de mode et de raves techno, de soirées SM ou de concerts rock, et multiplie les rencontres improbables au bout du monde ou au coin de la rue avec des personnes, inconnues ou célèbres, qui portent un regard singulier sur notre époque, ses totems et ses tabous. Expérience de littérature ironique, fragmentaire et impure, ouvertes à toutes les associations d’idées, projections ou transferts mais également enquête sur la déréalisation du monde, dont les indices sont à la fois visuels et textuels (…) http://www.somogy.net

%d blogueurs aiment cette page :