Le sexe est une composante du pouvoir. Et, inversement, le pouvoir un stimulant sexuel. Depuis César, “amant de toutes les femmes et maîtresse de tous les hommes”, Cléopâtre, les Borgia, la Reine Margot, Henry IV “Le Vert galant”, Louis XIV, Napoléon et tant d’autres, la vie sexuelle des chefs d’Etat est à la fois un sujet de fantasme, un moyen politique et une source de prestige. Un roi chaste, à fortiori un roi impuissant est considéré comme incapable de gouverner le pays, comme ce fut le cas pour Louis XVI. Et c’est particulièrement vrai dans les pays latins, dont la France. Aujourd’hui encore, les frasques amoureuses réelles ou supposées d’un Giscard, d’un Mitterrand, d’un Chirac, ne font qu’asseoir leur popularité, là où un Bill Clinton a perdu la sienne pour une médiocre aventure extra-conjugale.

Ce livre évoque des siècles d’aventures galantes, non seulement pour le plaisir de l’anecdote, mais aussi pour constater l’impact historique de ces frasques d’alcôves. Plus près de nous, il interroge des grandes figures du XXe siècle, comme Hitler (homosexuel ou impuissant ?), Staline (débauché ou puritain ?) Mao, l’empereur rouge et ses concubines, Kennedy et ses liaisons dangereuses, mais aussi Pompidou et l’affaire Markovic, puis la vie cachée des présidents français depuis les années 70, jusqu’à l’affaire DSK, dont les conséquences politiques ont été colossales. Une étude à la fois distrayante et passionnante.