Tous uniques ? Tous merveilleux ? Tous prédisposés à la postérité ? Le concept du héros est-il corrompu ? L’ordinaire prime t-il sur le fantasmagorique ? Mais pouvons-nous dépasser notre condition stéréotypée, déterminée une fois la grande roue de la vie lancée ? Comment prendre en âme et conscience la décision de modifier le destin ? Est-il possible de vivre en se sachant condamné non pas qu’à la mort, mais pire, à la routine, au subit, au figé ? Écrire sa propre histoire en lettres majeures de sang. Prendre des risques. Faire le mieux pour soi et pour l’humanité. Cesser ou refuser d’être l’esclave du système. Lutter contre ses faiblesses et reconnaître à l’autre sa différence sans réserves mentales ou équivoques. Dépasser les barrières et les craintes ontologiques, révérencielles. Nous sommes tous des personnages de roman, pas forcément la tête de gondole mais peut être celui ou celle qui de manière sous-jacente joue le rôle le plus important. Gentil, méchant. Arbitraire. Etre juste en accord avec soi. Pour accéder, si ce n’est pas le cas maintenant, mais au moins un jour à 1 seconde, 1 minute, 1 heure, 1 éternité d’accord et d’harmonie. Se définir par autre chose qu’une compétence, un métier, un passé, un présent, un avenir, un accessoire. Naître, mourir Renaître, ÊTRE.

%d blogueurs aiment cette page :