Je ne voudrais pas m’instituer Néo-Robespierrien ou Dantonien (je ne sais plus qui est le « sympa » entre ces deux personnalités révolutionnaires), mais j’avoue que la dernière petite phrase de Benjamin Griveaux, porte parole du gouvernement, m’a quelque peu heurté, pour ne pas dire plus… Selon cet éminent politicien, Wauquiez est « le candidat des gars qui fument des clopes et qui roulent au diesel« . C’est qui lui ? le candidat des parvenus qui mangent Bio et qui roulent en Tesla ? A trop jouer la carte de la stigmatisation, du populo-snobisme, du mépris, on parvient malheureusement à faire céder les plus modérés, prêts à rejoindre la gronde antigouvernementale. La sémantique est importante, « gars », terme familier qui renvoie aux beaufs pas très futés, des « clopes » mot chargé d’argotisme pour ce Mossieur de la haute société, cela dit au prix du paquet on est pas loin, à la semaine, d’un dej à la maison du caviar. Wauquiez ça veut dire que le beauf tellement con qu’il fume dispendieusement est en plus alcoolique, raciste, antisémite et bien entendu climato sceptique, vu que cette tanche de français bas de plafond et bas de gamme, qui fête ses anniversaires chez Flunch et pète à table roule en diesel. Ahahah, il devait bien se marrer Griveaux en sortant sa petite phrase, en insistant bien sur le clivage, chiffres à l’appuie pour bien montrer que c’est pas la France qu’il veut pour l’avenir. OK, mais moi je ne suis pas sûr d’avoir envie de lui pour l’avenir. Pour ma part, je me méfie autant des apôtres autoproclamés de la bonne conscience que des fachos aboyeurs. Tout ça m’inspire une grande fatigue et une sourde colère, mais avec modération, ne risquons pas d’être accusé de sédition…

%d blogueurs aiment cette page :