A la lecture de ce titre, vous pourriez passer votre chemin ou par égard pour ma personne, vous interroger sur un possible syndrome “régressiste” dont je serai atteint et qui me conduirait à vous parler d’une oeuvre classique de l’enfance, alors qu’il est de tradition aujourd’hui dans notre société en matière littéraire de ne parler que des nouveautés. Bien que trentenaire nostalgique des vacances d’été chez Mamie : orangeade, granola, bouquin d’aventures, je dois reconnaitre que si je “post” sur ce monument c’est parce que j’ai redécouvert l’oeuvre via l’application Ibooks de l’Ipad. Mettons les pieds dans le plat, non je n’ai jamais été sceptique à l’égard de cette tablette de lecture et oui j’adore ça !  Honnêtement  le récit ne perd absolument pas de son charme lors du passage au numérique et telle est la force du narrateur, les pages sont dévorées aussi rapidement qu’avec un support édité sur papier.  J’arrête la lecture, je la reprend quand je veux, que dire du fait que le livre est gratuit comme de nombreux autres classiques d’ailleurs. Bref, il est évident qu’entre une oeuvre reliée avec de magnifiques illustrations et l’Ipad il n’y a pas photo et le livre ancien l’emporte haut la main, mais cependant avec une édition poche jaunie en un rien de temps… Mon coeur balance ! Gaffe au Nutella tout de même !!!